Société » Entreprise » Droit des salariés » Travailler un jour férié, droits et rémunération

Travailler un jour férié, droits et rémunération

Rémunération du travail en jours fériés

Le 1er janvier, le lundi de Pâques, le 1er mai, le 8 mai… au total 11 fêtes légales considérées comme étant des jours fériés.

En principe, pour 1er mai, le repos est obligatoire, exception faite pour les établissements et les services qui, en raison de la nature de leur activité, ne peuvent interrompre le travail, c’est le cas des services de transports publics, des hôpitaux et des hôtels.

Pour les autres jours fériés, l’employeur peut imposer au salarié de travailler, exception faites aux jeunes travailleurs de moins de 18 ans pour qui le repos est obligatoire. Des dérogations sont néanmoins possibles pour certains secteurs où l’activité le justifie comme la restauration ou encore l’hôtellerie.

Les jours fériés sont obligatoirement chômés dans les entreprises industrielles, commerciales ou artisanales. Cela ne s’appliquent pas aux professions agricoles et de la pêche, aux entreprises de chemin de fer, à l’éducation des enfants et à l’enseignement, aux professions libérales, aux entreprises d’assurance, aux emplois à domicile par une personne physique, aux professions artistiques, aux professions médicales et paramédicales, ainsi qu’à la vente de médicaments.

Quelle rémunération pour le travail des jours fériés ?

Quelle rémunération pour le travail en jours fériés ?

Quelle que soit la nature du contrat de travail, le salarié bénéficie de la règle du maintien de salaire en cas de repos un jour férié légal.

Pour ce qui est du 1er mai, lorsque le salarié travaille, il perçoit en plus du salaire correspondant au travail accompli, une indemnité égale au montant de ce salaire.

 

Ajoutez un commentaire