Société » Droit » Défense des consommateurs

Lorsque vous achetez un produit (surtout s’il coûte très cher), vous vous demandez en premier lieu, s’il a une garantie. Cette garantie oblige votre vendeur d’assurer votre bien acquis contre tout vice caché. Le vice caché est défini comme étant un défaut existant lors de l’achat du produit (ce défaut est caché et échappe au contrôle et le rende impropre à l’usage). Cette garantie est fixée à deux ans de validité dès l’achat du produit.

En effet, il vous est sans aucun doute déjà arrivé par le passé de faire l’acquisition d’un objet, ou d’un produit de tout type que ce soit, et de vous apercevoir qu’il était endommagé ou impropre à l’utilisation. Dans ces cas, catastrophe, en tant que consommateur qui a déjà acheté le produit, on ne sait pas toujours comment s’y prendre. Il y a alors deux écoles, ceux qui n’hésitent pas à aller réclamer d’un côté. De l’autre, on retrouve alors, ceux qui n’osent pas réclamer.

Vice caché, quelles garanties ?

Quelles garanties contre le vice caché ?

La garantie prend en charge les vices cachés des produits achetés (mobilier ou immobilier, neuf ou d’occasion ou même un produit de promotion…), du vendeur (professionnel ou particulier) et même si vous achetez votre bien directement auprès d’un particulier (les ventes aux enchères ne disposent pas de ce service). Vous devez savoir que les vices cachés pris en charge lors de vos achats sont :

  • Des défauts cachés, c’est-à-dire non apparents lors de l’achat
  • Ces défauts peuvent rendre le bien impropre à l’usage auquel on le destine ou bien diminuer très fortement son usage,
  • Défauts existant au moment de l’achat, c’est -à dire, ce n’est pas une pane qui survient lors de son usage.

Notez que la garantie, sa mise en œuvre et son contenu doivent apparaitre sur les CGV.