17h43.com » Santé » Les maladies » La blennorragie: une maladie sexuellement transmissible très contagieuse

La blennorragie: une maladie sexuellement transmissible très contagieuse

La blennorragie est une MST, maladie sexuellement transmissible qui est en recrudescence depuis la fin des années 90. Bénigne quand elle est tout de suite traitée, mais elle peut se compliquer si vous attendez pour la prendre en charge. Autrefois, cette maladie était surnommée « chaude pisse ».

Cette maladie, aussi appelée gonococcie, est causée par une bactérie, le gonocoque. Cette infection se transmet par contact lors de relations sexuelles non protégées. Seul le préservatif est efficace pour se protéger. La blennorragie est plus courante chez les jeunes, aussi bien les hommes que les femmes, de 20 à 25 ans qui sont sexuellement actifs.

Il faut savoir qu’une femme enceinte, porteuse de cette infection, pourra la transmettre à son bébé.

Les symptômes de la blennorragie

Après une période d’incubation pouvant aller jusqu’à 7 jours, les premiers signes apparaissent.

Chez l’homme ce sera l’écoulement d’un liquide purulent blanchâtre au niveau de l’urètre et d’intenses brûlures quand il va uriner.

Pour la femme, légères brûlures quand elle urine, une inflammation du col de l’utérus et du vagin. Selon les pratiques sexuelles, la blennorragie peut aussi se situer au niveau de l’anus et de la gorge.

La nouveau-né qui a eu ce virus par sa mère, aura une infection au niveau des yeux.

Pour confirmer le diagnostic, il est nécessaire de faire des prélèvements et de les faire analyser au laboratoire. En général, une recherche complète de MST est effectuée.

Seul le preservatif est efficace pour se proteger de la blennorragie

Le traitement de la blennorragie

Ce traitement consiste en la prise d’une monodose d’antibiotique, soit par injection, soit par comprimé. Cet antibiotique a pour but d’arrêter la contagion. Il faut surtout prévenir le partenaire et bien se protéger avec un préservatif. Une bonne hygiène intime est indispensable.

7 jours après le traitement, il convient de retourner voir son médecin pour une consultation de suivi. Il vous prescrira un nouvel examen biologique pour s’assurer que vous n’êtes plus porteur de l’infection.

Maintenant que vous êtes guéri, c’est bien, mais il faudrait aussi que vos partenaires sexuels soient aussi traités. Sinon l’infection reviendra au galop! Ne prenez aucun risque d’infection ou de réinfection et portez un préservatif et/ou faites en porter un par votre partenaire.

Sachez aussi que certaines souches commencent à résister aux antibiotiques, le traitement s’en trouve donc limité.

Sans traitement, l’homme risque une infection de la prostate et des testicules et peut même devenir stérile. Risque aussi de stérilité chez la femme non traitée ainsi que grossesse extra-utérine. Et chez le nouveau-né, risque de cécité.

Continuer la lecture sur ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *