Parents » Actu des parents » Fessée : ses implications psychologiques et juridiques

Fessée : ses implications psychologiques et juridiques

fessee

Les enfants peuvent se montrer très turbulents, surtout à certains âges où ils deviennent plus compliqués à gérer. Dans ces phases difficiles (fin de l’enfance et début de l’adolescence), sermonner, gronder, conseiller ou menacer ses enfants ne suffit plus à les garder tranquilles et à les convaincre de faire leurs devoirs, d’éviter les bêtises ou de rentrer tôt à la maison.

C’est dans ce genre de situation que beaucoup de parents ont recours à la fessée, qui est un châtiment corporel qu’on serait tenté d’appeler traditionnel, vu qu’elle est pratiquée depuis tellement longtemps qu’elle fait un peu partie du patrimoine.

Mais la fessée n’est pas qu’une simple tape sur le derrière de son enfant turbulent, c’est un geste qui est, selon certains spécialistes de l’enfant et de la pédagogie, lourd de sens et aux nombreuses implications, tant psychologiques que physiques ou juridiques.

fessee loi

La fessée : ce que dit la loi française

Donner une fessée à un enfant est un acte de violence dont la victime est un être faible et sans défense, il ne faut donc pas s’étonner que ce geste qui paraît pour la plupart des Français anodin, paraisse à d’autres comme un geste grave, presque criminel.

La législation française a rejoint ce dernier point de vue, car l’assemblée nationale a voté une loin interdisant la fessée, même donnée par les parents à leur enfant.

La nouvelle loi punit les parents qui ont recours à ce genre de châtiment corporel, ainsi, la France rejoint 27 pays européens qui interdisent déjà la fessée.

Ajoutez un commentaire