Santé » Les maladies » Cancer » Cancer de l’ovaire, comprendre les causes et les symptômes

Cancer de l’ovaire, comprendre les causes et les symptômes

Le cancer de l’ovaire est bien évidemment, exclusivement féminin. Chaque année, ce sont près de 4000 femmes qui sont détectées, et il s’agit d’une maladie que l’on peut difficilement détecter parfois, car elle s’avère asymptomatique pour certaines femmes. On l’appelle d’ailleurs le “tueur silencieux” de par cette caractéristique.

Ainsi, en tant que femme, mieux vaut être attentive aux signes qui pourraient être avant-coureurs, et laisser comprendre qu’un cancer de l’ovaire est peut être présent.

Chaque douleur, chaque symptôme ne doit pas être pris à la légère. Bien que ces signes sont souvent en rapport avec d’autres affections gynécologiques et qu’il ne faut évidemment pas paniquer, il faut savoir consulter de temps en temps pour surveiller l’évolution de son intimité dans le temps.

Cancer de l’ovaire, comprendre les causes et les symptômes

Les symptômes du cancer de l’ovaire

Comme de nombreuses affections sans gravité liées au système reproducteur féminin, dans le cas d’un cancer de l’ovaire, on va être en présence de symptômes comme des douleurs pelviennes, des envies d’uriner fréquentes, mais aussi un gonflement du ventre par exemple, qui sont trois symptômes constatés chez la femme en cas d’apparition de ce cancer.

C’est justement la combinaison de ces signes qui doivent vous alerter, puisqu’ils sont présents chez 43% des femmes porteuses de cette maladie, ensemble. Il est donc nécessaire d’anticiper les signes si ceux-ci sont présents ensemble.

D’autres symptômes sont également en cause, comme une perte de poids inopinée, une constipation,d es douleurs dans le bas du dos.

Ce sont des signes légers, mais ceux-ci doivent absolument retenir votre attention.

Les causes du cancer de l’ovaire

Quelles sont les raisons de la survenue d’un cancer de l’ovaire ? Quelques facteurs doivent vous alerter.

La génétique n’est pas particulièrement incriminée, comme cela peut être le cas avec le cancer du sein par exemple. Les facteurs génétiques ne représentent qu’environ 5 à 10% des causes de cette maladie. On pourra d’ailleurs profiter d’une consultation et d’un dépistage en cas d’antécédent familial.

Les risques hormonaux sont plus souvent pointés du doigt, comme la puberté précoce, la ménopause tardive, le fait de ne pas avoir eu d’enfant, ou alors à un âge assez avancé. De même, certains traitements hormonaux sont souvent incriminés.

Le mode de vie est également un facteur à prendre en considération, il faudra alors éviter les graisses animales, et consommer plus de fruits et de légumes, tout en pratiquant une bonne activité physique.

Ajoutez un commentaire