Parents » Grossesse » Pendant la grossesse » Amniocentèse : toutes les réponses à vos questions

Amniocentèse : toutes les réponses à vos questions

Amniocentèse : les réponses aux questions que les femmes se posent

Une grossesse est une période de grande joie pour les parents, mais elle n’est pas dépourvue de stress. En effet, entre examens médicaux, analyses sanguines et inquiétudes, les mères et les pères sont soumis à dure épreuve.

Mais il y a un sujet qui peut inquiéter, c’est l’amniocentèse. C’est vrai, c’est un examen médical qui peut faire peur. Si votre gynécologue vous le conseille, vous devez certainement vous poser de multiples questions.

Dans cet article, nous allons essayer d’y répondre, afin d’éviter le stress et l’angoisse inhérents à cet événement.

Amniocentèse : toutes les réponses à vos questions

L’amniocentèse : qu’est-ce que c’est exactement ?

L’amniocentèse, c’est un examen médical qui vise à prélever un peu de liquide amniotique, c’est-à-dire le liquide dans lequel évolue le bébé, dans le placenta.

C’est un examen médical qui permet de mettre en lumière des problèmes au niveau des chromosomes, et on la conseille notamment aux femmes dont les résultats de la prise de sang pour la trisomie 21 ne sont pas engageants.

L’amniocentèse : pour quelles femmes enceintes ?

Comme nous l’avons dit plus tôt, on conseille de réaliser une amniocentèse aux femmes dont les marqueurs de la trisomie 21 sont inquiétants.

De plus, on recommande fortement cet examen médical aux femmes enceintes de plus de 38 ans, mais aussi à celles dont les antécédents sont importants.

Enfin, l’amniocentèse est fortement conseillée, lorsque l’échographie révèle une clarté nucale suspecte.

L’amniocentèse : quand se déroule-t-elle ?

L’amniocentèse peut être réalisée à n’importe quel stade de la grossesse. Cependant, de manière générale, elle est faite au bout de 4ème mois de grossesse.

Comment se déroule cet examen ?

Nous l’avons dit, le but de cet examen est de prélever du liquide amniotique, grâce à une aiguille introduite dans l’utérus.

Rassurez-vous, cela n’est pas plus douloureux qu’une simple prise de sang.

En revanche, il y a des risques. On recense environ 1% d’avortement spontané, à la suite d’une amniocentèse.

Les résultats sont disponibles 3 semaines après l’amniocentèse.

Que faire si les résultats ne sont pas bons ?

Chaque femme est en droit de faire un choix, lorsque les résultats de l’examen tombent. S’ils révèlent la présence d’une trisomie 21, il est possible de prendre la décision d’avorter.

Bien évidemment, vous serez prise en charge par les médecins, qui vous accompagneront pendant cette période difficile.

Ajoutez un commentaire